INSTITUT CANADIEN-FRANÇAIS D’OTTAWA
travail et concorde

 

L’ICFO invite ses membres et le public  à son Carrefour d’écrivains et d’écrivaines
qui se tiendra sous la tente le dimanche 2 septembre 2018, de 11 h à 15h30
devant le 87 de la rue York, Ottawa – Accès libre.

Le Carrefour d’écrivains présentera beau temps mauvais temps au grand public une vingtaine d’écrivaines et d’écrivains qui mettront en valeur leurs livres, tiendront des séances de dédicaces et répondront aux questions des bibliophiles et des futurs auteurs et auteures.

Le Carrefour d’écrivains comprendra aussi deux tables rondes de 50 minutes et deux animations de 20 minutes de nature à divertir le public et à mettre en lumière divers aspects de la littérature d’ici.

Yves Breton, Nicole V. Champeau et Jean Fahmy participeront à 11h45 à une table ronde qui portera sur la formation initiale de notre francophonie canadienne-française (1500-1760) et l’art d’écrire sur notre Histoire ancienne. Est-il facile d’écrire sur notre Histoire ? Quels défis faut-il relever ? Quels sont pour notre collectivité les potentialités et les bienfaits indiscutables qui se dégagent des écrits de nos écrivaines et écrivains consacrés à notre Histoire si riche, si valeureuse et si méconnue ? Une discussion qui promet… Compte tenu des redoutables pièges et traquenards qui attendent les auteur(e)s qui écrivent sur notre Histoire.

Éric Charlebois, André et Tina Charlebois animeront à 14h une table ronde portant sur la poésie et intitulée Et si le cœur avait son cortex? On évoque souvent les auteures et auteurs de la relève; mais qu’en est-il du public de la relève ? Quels sont les enjeux en fonction desquels et les moyens par lesquels on peut permettre l’incursion de la poésie dans la salle de classe et auprès d’un grand public qui connaît peu le genre ? Inversement, comment le jeune public et le nouveau public, en pleine quête identitaire à plusieurs égards et en quête d’appartenance, peuvent-il accéder à la poésie ?

À 13h15, Gabriel Osson et Daniel Groleau-Landry (poésie et guitare) et, à 14h50, Serge Cham et Louise N. Boucher présenteront des lectures publiques.

Le Carrefour d’écrivains contribue à la mise en œuvre du mandat culturel de l’ICFO. L’événement revêt une importance particulière en 2018, car le Salon du Livre de l’Est ontarien et la Journée du livre, soit la Prose-des-Vents, qui se tenait au Marché Parkdale ne seront pas présentés cette année. Le Carrefour mettra en valeur des auteur(e)s et leurs œuvres et ajoutera au Marché By une touche francophone bien utile pendant une période où les visiteurs et les touristes abondent dans ce secteur de la ville. L’ICFO espère susciter une curiosité bien salutaire à l’endroit de ce que nous sommes et des objectifs que nous poursuivons pour promouvoir notre langue et notre culture en collaboration avec nos écrivaines et écrivains.

Visite libre pour les séances de dédicaces, tables rondes et animations. Plaisir assuré… Le public aura accès aux services que l’ICFO fournit au 2e étage de son immeuble.

Merci à l’Association des Auteures et Auteurs de l’Ontario français de son aimable collaboration.

Renseignements :
Yves Breton, instigateur-coordonnateur – 613-868-0603 ou 819-643-2620
Christian Desjardins, directeur des activités culturelles – 613-241-3522
Des mercis spéciaux à André Lajoie pour son rôle dans la logistique de cet événement

 

L’ICFO

 

Créé en 1852 à Bytown (Ottawa) par M. Joseph-Balsora Turgeon. Il fut le premier maire francophone de cette ville et défendit passionnément les droits des francophones en Ontario. L’Institut canadien-français d’Ottawa (ICFO) demeure fidèle à sa mission depuis maintenant plus de 165 ans.

Fondé avant la naissance de la ville d’Ottawa et comptant plus de 700 membres, il demeure un acteur important du rayonnement de la langue française en Ontario.

L’Institut est un club privé pour les hommes canadien-français, situé au 316 Dalhousie dans le Marché By à Ottawa et se donne pour but «le développement moral, intellectuel et physique de ses membres». En plus d’offrir plusieurs activés sociales, culturelles et de fraternités au grand public.

​L’Institut aurait accueilli plus de 4 000 membres et présenté plus de 1 000 conférences, tout autant de séances musicales, ainsi qu’une centaine de séances dramatiques entre les années 1850 et 1947.

Grâce à sa fondation, l’ICFO peut aider à subventionner la promotion de notre langue et de notre culture. Répondant à notre devise, soit « Travail et concorde », l’ICFO n’hésite pas non plus à venir en aide aux plus démunis.

CALENDRIER